Thieri FOULC

154. Table avec règle


Table avec règle. Ce tableau ne comportera que deux éléments, ceux qu’indique le titre. Le format est en largeur. La table n’occupe pas toute la largeur, laissant à gauche une étroite bande d’arrière-plan. Le bord de la table est vertical : redressement du plan. De la table on ne voit d’ailleurs rien d’autre que le plateau ainsi redressé. Sur la table est posée une règle plate, métallique, la mienne justement avec sa double graduation en centimètres et en cicéros (c’est ce qu’on appelle un typomètre). La règle est horizontale, très proche du bord supérieur de la table. Dans un tel tableau, bien entendu, ce qui compte d’abord, ce sont les proportions entre toutes les grandeurs. La « hauteur » de la table est plus grande que la zone d’arrière-plan au-dessus, suffisamment pour que même la hauteur entre la règle et le bord inférieur du tableau reste elle-même supérieure à celle de l’arrière-plan. La largeur de la règle est supérieure à la distance qui la sépare du bord de la table, et même à la largeur de la bande verticale de l’arrière-plan. La distance entre l’extrémité de la règle à gauche et le bord vertical de la table est supérieure à l’épaisseur de la règle. La différence entre les graduations en centimètres et celles en cicéros introduit un certain dynamisme, d’autant que graduations et chiffres seront plus esquissés que figurés. Évidemment un tableau ainsi conçu doit être traité en aplats : mettons le fond bleu nuit, la table gris-vert, la règle gris métal (bleuté, éclats blancs, introduction de la lumière par un genre de reflets).
Quels que soient les efforts du peintre pour faire une proposition mûrie et une, ce tableau ouvre la porte à une série, et même à plusieurs car les paramètres à faire varier sont encore nombreux : 1/ les proportions et distances, tout en conservant le principe des horizontales et verticales exclusives ; 2/ l’introduction d’obliques, soit dans la position de la règle, soit même dans les bords de la table, ce qui signifie soudain l’irruption de la perspective ; 3/ la règle peut dépasser de la table ; 4/ les trois couleurs peuvent varier à l’infini ; 5: il n’est pas interdit d’introduire des ombres et des lumières, même et surtout dans les versions sans perspective.

loading...