570. Au bout du lit (2e version)

Thieri FOULC

570. Au bout du lit (2e version),

Au bout du lit (2e version). Le lit en bas à droite. Le mur du fond : fort, opposant. L’ouverture à gauche n’a pas besoin de porte. C’est une ouverture, qu’elle soit elle-même.
Le sol peut rester assez neutre, afin de mettre en valeur le lit, que j’aurai fait oblique. La forme au bout du lit, aussi véhémente que possible. Elle tourne le dos et n’a pas de possibilité de gesticuler : concentrer son énergie dans ses épaules. Selon l’esquisse ici présentée, cette forme humaine est surdimensionnée par rapport à l’espace supposé. Garder cette caractéristique. Que l’espace reste une supposition trop étroite pour tout ce qu’il y a à révéler, là, au bout du lit.

Reproduit dans tAlus n°7