Thieri FOULC

001. Une rue, sans personne, sans rien


Une rue, sans personne, sans rien. Ce qu’on voit surtout, c’est le macadam, l’asphalte, le goudron, avec des zones de couleurs différentes, des matières diverses, des raccords maladroits, des endroits usés où apparaissent les pavés. Ces matières sont forcément bitumeuses, sombres, mais comme il a plu elles sont néanmoins luisantes et les couleurs s’exaltent sous cette loupe. Quand on regarde bien on s’aperçoit que les gravillons, les particules, les éclats brillants incorporés dans ces revêtements de rue constituent autant d’ingrédients divers, autant d’énergie visuelle qu’il appartient au peintre de restituer ou peut-être de créer.
Des deux côtés du tableau on peut peindre le caniveau, qui est pavé et où l’eau qui coule apportera des reflets clairs. On ne s’attardera pas à d’éventuels objets anecdotiques qui pourraient se trouver là. En revanche on fera la bordure des trottoirs, en pierre, et un peu des trottoirs eux-mêmes, en macadam. Une bouche d’égout n’est pas interdite, avec l’eau du ruisseau qui s’engouffre dans le noir. Une plaque d’égout serait encore mieux avec ses motifs moulés en fonte et sa marque : Fonderie de Bezu.
Ce tableau peut être à l’origine d’une série non seulement parce que les asphaltes sont des contextures et des couleurs infinies et parce que le temps n’est pas forcément pluvieux, mais parce qu’il y a aussi des reflets ou des ombres, qui peuvent suggérer la présence du monde, qui passe dans la rue.


"A street, without people or anything else".

All that can be seen is the macadam, asphalt and tar, with patches of different colours for these various materials, joined together somewhat clumsily and with areas that have worn away revealing tha paving-stones underneath. These materials are naturally dark and bitumous, but since it has been raining there is still a shine to them and this lens enhances their colours. Upon close inspection you will see that the road surface is made up of variety of consituent parts, with small bits of gravel, sparkling fragments and other particles mixed in with it, all of whose visual energy it is the painter's duty to represent, or perhaps create.
The gutters can be painted on both sides of the pictures ; they are paved, and the gleam of the running water will be clearly visible. We shan't linger over any items of possible anecdotal interest which might be found here. On the other hand, the kerbs of the pavements can be stone, and a small part of the pavements themselves can be macadam. A drain opening would not be out of the question, with the stream of water being swallowed up in its blackness. A manhole cover would be better yet, with its patterned surface moulded in cast iron an with the manufacturer's name : Fonderie de Bezu.
This picture could be the first of the series, not only because asphalts exist in an infinite range of colours and textures or because the weather need not always be rainy, but because there may also be various reflections or shadows flowing by, which can suggest the presence of the world.



chargement...