Thieri FOULC

050. Image de souffrance (2) : Portrait de cerf


Image de souffrance (2). Je n’aurai sans doute pas le courage de la peindre entièrement moi-même. Il me faudra utiliser un vieux tableau acheté chez un brocanteur. Le sujet principal, dont je n’ai jamais vu une réalisation acceptable, c’est une tête de cerf mort, le genre retour de chasse ou trophée empaillé dans le salon. Selon comment elle est disposée dans le vieux tableau, il suffira de peindre autour. Autrement, je la découpe et je la maroufle. Aussi répugnants, sans doute, et cause de souffrance, les portraits officiels IIIe ou IVe République : autour du cou du cerf, je peins un col cassé bien figuratif, avec l’ombre portée des coins repliés ; je peins une cravate anthracite avec des pois clairs, je peins le plastron plissé et le costard noir. Au revers, une rosette verte ou mauve pour faire rire. Les mains sont croisées devant le buste, posées sur une table, et je m’applique à les faire : il y a au moins treize doigts mous et boudinés qui s’entrelacent, avec des teintes roses et vertes dignes du Pontormo. La nappe est blanche, c’est-à-dire gris nacré dans les ombres et blanc de céruse dans les lumières. Des plis sont figurés, car elle n’a pas été repassée, et un monogramme semble brodé (celui du commanditaire : je ne me résoudrai pas à mettre celui du peintre). Le fond est noir mais inégal. Dans l’ombre on distingue une porte avec une petite plaque de cuivre marquée : PRIVÉ. Le plus insupportable dans ce Portrait de cerf c’est son aspect surréaliste.


chargement...