Thieri FOULC

128. Conversion de saint Z à la phantomythie


Conversion de saint Z à la phantomythie. Saint Z parle tout seul (ce n’est pas un saint à disciples). Il peut se trouver accroupi dans un coin, ou face au spectateur, visage légèrement baissé vers une table-caisse au premier plan, ou encore en ville, passant parmi les passants, ou devant des murs nus. On pourrait même l’imaginer parlant seul au milieu des bois, encore que ses bois préférés soient en forme de planche.
En parlant, le saint donne naissance à des formes qui réagissent les unes sur les autres, qui s’autogénèrent et s’autocontrôlent, formes souples, genre linge ou édredon ou fumée, mais aussi bien formes figuratives pourvu qu’elles soient petites et d’échelle incohérente : par exemple, des personnages pas plus grands que les graviers qui les bousculent ou que les poils dans lesquels ils se perdent, des automobiles, des carrefours urbains dissous par le brouillard mais où perce tout de même un feu rouge ou le regard éteint d’un bœuf après abattage. Tout ça posé sur la table avec la poussière et la lumière qui vient de naître, tout ça suscité par des mots marmonnés, remâchés, délivrés et que le saint vient enfin d’accepter.

chargement...