Thieri FOULC

243. Accrochage de la ficelle


Accrochage de la ficelle. Si la peinture sur toile se destine au mur, la peinture sur ficelle offre des possibilités d’accrochage plus variées. [1] Comme une toile, on peut la mettre au mur. Je ne recommande pas le cadre, mais rien n’est exclu. On peut même imaginer une ficelle sous verre ou dans une boîte en Plexiglas. Dans la mise au mur (ou dans l’encadrement) on a encore le choix entre tendre la ficelle ou lui laisser du mou, c’est-à-dire, sur notre planète à pesanteur, lui faire décrire une parabole. Mais, selon la longueur, la ficelle peut aussi rencontrer un obstacle qui s’oppose à la pesanteur, meuble ou plancher ; elle adoptera alors une forme complexe. Enfin, dans l’accrochage au mur, les clous ne fixent pas nécessairement la ficelle par ses extrémités et il n’y a pas forcément deux clous : il peut y en avoir un ou cent. [2] La ficelle peut être tendue entre deux plans (murs, plafond ou plancher), contigus ou opposés ; ou ne pas être tendue. [3] Enfin, le collectionneur de peintures sur ficelle peut ou doit en posséder plus d’une et les accrocher dans la même pièce. Il a le droit de préférer l’esthétique du mou (deux cents ficelles peintes pendant du plafond). Moi je préfère celle de la tension.





chargement...