Thieri FOULC

351. Nappes

Nappes. Il y a quelque chose de décadent à peindre des nappes au lieu de pures tables. Quelque chose de sensuel qui évoque Bonnard. Le goût de peindre des motifs et d’intégrer de la décoration dans la peinture. (Le peintre saura lui faire perdre son caractère décor.)
Comme toile à peindre, prendre une nappe. En choisir de diverses sortes, en vue d’une série. Nappe à motifs tissés, nappe à motifs brodés, nappe imprimée, nappe à bandes de couleur ou à carreaux. Peindre le fond, uni, en laissant la table en réserve. La nappe est ainsi mise en place sans autre opération. Le peintre aura seulement à jouer avec la direction des bords et la configuration générale de la table par rapport aux bandes, aux carreaux, aux motifs de la nappe. Dans la forme laissée en réserve il aura logé les pieds de la table. Ceux-ci apparaîtront donc comme faits en nappe. C’est indispensable, et il ne faut pas même tracer une séparation.

chargement...