Thieri FOULC

115. Image de souffrance (5) : la neige lumineuse


Image de souffrance (5) : la neige lumineuse. Entre un paysage de sable et un paysage de neige, il y a surtout une différence de lumière. J’entends un paysage sans accident, sans arbres, sans maisons. Aucun personnage. Juste une surface molle. Si elle est en sable, elle est blanc rosé, ou grise, ou brun clair et elle est parcourue de micro-ombres qui communiquent. Si elle est en neige, elle est toujours dans des teintes pâles, mais elle affiche des reflets lumineux, c’est-à-dire des zones de contraste qui me dégoûtent. On peint une bosse. Il n’y a pas d’ombre à proprement parler — le paysage est pris dans une luminosité générale — mais la teinte de base est plus soutenue d’un côté. Sur le haut de la bosse, en revanche, des éclats de blanc pur. Certains sont comme des lames, des surfaces, mais ils sont amenés par d’autres, qui sont des poudroiements et qui pour un peu lanceraient des éclairs.
Le ciel également diffère. Dans un paysage de sable, il est rose, ou gris, assorti au sol, ou même noir. Formant avec la neige une véritable image de souffrance, il ne peut être que bleu, de ce bleu d’oxygène qui rend les cartes postales irrespirables.

chargement...