Thieri FOULC

273. Décor en principe hostile à tout personnage


Décor en principe hostile à tout personnage. Une pelouse vue en plan. Un chemin vertical, rose. Un autre chemin, horizontal, qui donne dans le premier. En bas, une barrière avec peinture blanche et rouge, en rectangles brutaux. La barrière, elle, est vue de face. Il n’est pas totalement exclu que des personnages soient ajoutés par un peintre peu sensible, mais le principe d’incertitude quant à la façon de les représenter (de face ou d’au-dessus), l’interdiction implicite de marcher sur les pelouses, la barrière en travers du chemin, ses pareilles non figurées mais invisiblement efficaces sur les deux autres branches de chemin et, plus subtilement, le fait que cette barrière morde sur la pelouse, créant un fait de composition peu compatible avec l’introduction d’autres éléments, tout cela devrait nous préserver de la vue de l’être humain.

chargement...