Thieri FOULC

375. Décor antipersonnage


Décor antipersonnage. Le bord d’un quai. Juste ce qu’il faut pour faire saisir la notion de verticalité : les lignes de séparation verticales entre les pierres sont là pour ça. Il en faut au moins deux, décalées, l’une presque au bord du tableau. Celle du haut se poursuit en oblique, forçant à lire la bande supérieure comme un plan horizontal. En bas, il en faudrait une troisième, mais en ne la figurant pas, le peintre montre son indépendance et allège la description. De la surface horizontale supérieure (le plan du quai) et de la surface horizontale inférieure (l’eau) on ne soit qu’une étroite bande, trop étroite pour que quiconque y apparaisse. Ces bandes sont légèrement obliques, toutefois, pour suggérer de l’espace – un espace qu’aucun visiteur ne viendra encombrer.

chargement...