Thieri FOULC

509. Noire tristesse


Noire tristesse. On ne saura jamais pourquoi le noir est triste. Sans doute l’archaïque peur de la nuit, le goût atroce de la lumière. Qu’importe. Je poursuis les tableaux gris que le noir vient former. L’absence de couleur, sauf une vague teinte, permet de se concentrer sur la pure vibration, sur la pénombre, sur l’ouverture. Dans ce genre de nuit il importe de ne rien figurer : que chacun fasse venir son monstre.

Publications
chargement...