Thieri FOULC

536. Lit allongé


Lit allongé. Le lit serait ici travaillé à l’horizontale, selon son apparence. Toujours un grand rectangle clair que délimitent, en haut et à droite, deux bandes d’arrière-plan. Puisqu’on est dans l’horizontalité, dessinons aussi une plinthe et des rainures de plancher. Cela fera une suggestion d’espace, à laquelle il n’y a d’ailleurs aucune nécessité de laisser succomber le lit lui-même. Au contraire, on lui laissera sa fonction de surface plane, traitée surtout comme un lieu d’activité de la peinture claire, un lieu où s’équilibrent les coups de brosse, où les blancs surmontent les ivoires et ceux-ci les crème, où aucune zone ne reste isolée, marquée, limitée, mais où chaque intervention passe dans les autres et leur répond. Se garder de figurer des plis, surtout du côté du contour. Rester serein. Dormir.

Publications
chargement...