Thieri FOULC

537. Lit défait


Lit défait. Accrocher quelque chose du réel, les plis, les taches, l’ombre. Dans un format allongé, peindre le lit oblique. Du côté supérieur, un remous parle de draps, et la forme pend au-delà du bord du lit dans ce que je n’appelle pas la ruelle. On pourrait faire dépasser ce drap largement et peindre son déploiement sur le sol, ses interférences avec la couleur froide du sol, avec les motifs d’un carrelage peut-être, mais je crois plus efficace de ne pas se laisser aller de ce côté. Travaillons plutôt la boule de draps en haut et la saleté du lit, réceptacle de projections essentielles. Lit d’amour, lit de mort. J’ai tué le sommeil, dit l’autre.

Publications
chargement...