Thieri FOULC

541. Bord de lit


Bord de lit. Le lit est repoussé au bord droit du tableau. L’essentiel de la surface n’est donc pas le lit, mais le plancher (même principe que Bruegel, qui reléguait dans un coin le Christ de sa Crucifixion ou l’Icare de sa Chute d’Icare). C’est un tableau qui écarte son sujet et dit le vide dans lequel il convient de le voir, comme toutes choses.
Dans ce genre de tableau tout ce qui est anodin dans d’autres prend de l’importance. La largeur des lattes, plus étroites que la bande visible du lit. La poussière du sol, qui doit être palpable et inégalement répartie. L’ombre, qui, elle, doit être également répartie. La matière du lit, qui doit être différente de celle du plancher, mais pas plus épaisse : il faut, au contraire, ménager un passage entre ce bord de lit et son sol, afin qu’on puisse entrer dans ce lit et qu’il ne reste pas étranger au tableau et à nous.

Publications
chargement...