Thieri FOULC

560. Bataille de lits


Bataille de lits. Les lits se bousculent dans le tableau. Il y a d’innombrables façons de les peindre. Des rectangles superposés, obliques, qui sont lits surtout par la proportion et leur situation dans la série des lits. La façon d’être oblique est elle-même diverse, et la taille des rectangles dans le format. Un jour de projet raisonnable, c'est-à-dire un jour de fatigue, je proposerai des lits de format identique avec leur couverture rayée ou à carreaux dans d’élégantes teintes à la Vuillard. On verrait aussi les draps bien bordés (profond ridicule). Pour un autre projet, mettre les lits en perspective, mais sans draps, cette fois, simples rectangles dans l’espace à la recherche du sommeil. Lits de grandeur différente. Effets de pseudo-ombres. Attention à n’aller ni vers la peinture abstraite ni vers la bande dessinée. Travailler les passages (le croquis ici ne peut montrer cela).
Ne pas aller vers la peinture abstraite : voilà que ces perspectives de lits en bataille amènent un lit figuratif dans un coin du tableau, un lit dans l’espace avec ses barreaux et ses lignes de fuite, et l’oreiller et le relief du corps sous les draps. Il n’y a pas de chambre. Ce lit est inscrit dans l’espace peint. Et il ne fuit pas. Il entre dans le tableau et se dirige vers le spectateur avec la lutte, la vraie lutte qui s’y livre.

Publications
chargement...