Thieri FOULC

688. Plongeoir


Plongeoir. Le plongeoir forme une sorte de rectangle dans le tableau. Il existe des façons diverses de le placer, mais la principale consiste à le dresser verticalement à partir du bord inférieur. Sa forme n’est pas absolument géométrique, car c’est une planche usée et peut-être revêtue de grosse toile. Surtout, une légère perspective doit aider à l’interprétation. Elle peut tendre vers le centre du tableau ou vers un point de fuite extérieur (ce qui serait préférable, plus radical). Matière terne pour cette planche. Le fond, derrière, sera fait de fluidités vives, pas forcément des bleus piscine, je vois aussi bien des roses ou des mauves. Ce fond doit être plein d’être, plein de circulation. Quelques nodosités passantes. On ne voit pas de visages mais on sent qu’il pourrait y en avoir, et même des corps entiers, dans une autre version. L’important c’est que le plongeoir, quoique très distinct du fond, garde avec lui une certaine connivence, certaines connexions. Un vide les sépare, mais c’est ce vide qui est l’œuvre du peintre. La planche n’est qu’un tremplin pour s’y jeter.

Publications
chargement...