597. Image de souffrance (10)

Thieri FOULC

597. Image de souffrance (10),

Image de souffrance (10). Un tableau de genre surréaliste, ou sous-réaliste, du post-Magritte descriptif et laborieux. C’est un personnage dans un paysage. Il avance vers le spectateur, l’air furibond, le bras dressé, le cheveu en bataille. La forme du corps est dessinée, silhouettée, avec tout le savoir-faire académique signifiant l’expression du mouvement. Mais à l’intérieur de la zone ainsi délimitée figure le paysage ; à l’extérieur, le personnage.
Le paysage est orageux : ciel noirâtre, éclairs, zones de lumière stridente, rideau de pluie à l’arrière-plan. Selon une vieille tradition littéraire, la météo transpose les sentiments de l’âme (« Levez-vous, orages désirés… »). La plaine arrive à mi-mollets du furieux, les arbres ployés par la tourmente lui montent en haut des cuisses, tout le reste est nuages et orage. C’est beau comme du Girodet-Trioson.
Plus difficile à peindre est la zone extérieure, qui déploie l’homme excité hors de sa propre forme. Autour des formes cheveux, on peint de la matière cheveu ; plus loin vers les bords du tableau, de la matière front (plissé de véhémence). De chaque côté, les yeux se distendent dans presque toute la place disponible. Plus bas, autour des membres, la couleur du costume se répand dans l’informe ; la couleur chair aussi, à côté du poing dressé ; la couleur cuir, à côté des chaussures.
Je viens de comprendre pourquoi je hais cette image : cet homme est littéralement « hors de lui ».